BD et transmission

Qu’une revue comme Le débat consacre sa livraison de l’été 2017 au « sacre de la bande dessinée » et comporte aussi bien une interview de Jean-Marie Le Clézio qu’une interrogation sur « La BD à l’école » et la transmission du savoir en dit long sur la place qu’occupe aujourd’hui, dans la société et dans la culture, la bande dessinée dont une partie s’adresse spécifiquement à la jeunesse et une autre aux adultes en quête d’« artification » ou de récits dynamiques.

  • Le récent succès de la deuxième édition des Rencontres nationales de la Bande dessinée (CIBDI-Octobre 2017) consacrées à « Éducation et bande dessinée » en a apporté une formidable illustration. Mais nombre d’albums, élargissant la curiosité à l’égard du monde, s’adressent à tous. Ce n’est pas un hasard si la bande dessinée est devenue un support pédagogique important. La bande dessinée est également utilisée dans le cadre de la rééducation de certains malades, notamment ceux atteints d’Alzheimer. À partir d’une planche ou de cases, ils peuvent ainsi construire une histoire et se situer dans un environnement.
  • La bande dessinée est également devenue un enjeu pour l’enseignement des sciences, de l’école primaire au lycée. Cette démarche permet en particulier d’ancrer les élèves dans un questionnement et une pratique active, elle les invite aussi à questionner la plausibilité des phénomènes physiques décrits.
  • Si la Bande dessinée est parvenue à saisir les événements du passé, elle est aussi parvenue à saisir les événements du présent et à dessiner parfois ceux de l’avenir. De la sorte, la transmission c’est aussi bien sûr ce qui relève de la bande dessinée historique dont un prix est décerné depuis 2014 lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois).

Les disciplines représentées vont des études littéraires, à l’histoire, l’économie et le marketing, le droit, la sociologie, l’informatique, les sciences du langage, la biologie et la médecine, les sciences de l’éducation, la psychologie cognitive.